Cela a commencé comme c’est souvent le cas. On s’allonge sur le canapé, tu n’as pas un bras autour de moi. Je pose ma tête sur ta poitrine et j’écoute ton cœur battre, tranquillement et régulièrement. Ta main se promène sous mon aisselle jusqu’à ma poitrine. Je me tourne légèrement vers vous pour vous donner de l’espace. Si tu ne le fais pas, commence à jouer avec mon mamelon. Tu sais que ça m’excite vite. Tu serres doucement, en taquinant, et tu frottes mon téton entre tes doigts jusqu’à ce qu’il soit droit devant toi. Je m’amuse, je gémis doucement, mais vous ne montrez pas que vous m’avez entendu. Ton autre main cherche mon téton gauche. Maintenant, vous les serrez doucement tous les deux et je résiste à la tendance de me creuser le dos et de vous offrir mes seins encore plus. Nous pouvons tous les deux jouer ce jeu, mais nous savons tous les deux qui est bien meilleur à ce jeu.
Vous pressez plus fort et les poussées de douleur soudaines provoquent des électrochocs dans ma chatte. Je gémis plus fort maintenant et mon bassin bouge doucement dans ce rythme ancien. Vous me regardez. Vous voyez mon hibou et vous savez que c’est ce que vous faites. Comme un chercheur avec un nouvel objet intéressant, vous laissez votre regard passer sur mon corps. Vous mesurez mes réactions. Alors vous vous mettez de votre côté contre moi. Je peux sentir ta bite dure frapper ton pantalon contre ma cuisse. Tu joues plus fort avec mes tétons maintenant. “Se déshabiller”. Lâchez-moi une seconde. J’obéis et je mets ma robe d’été au-dessus de ma tête d’un seul coup.